Grain | Limite planétaire 8: Augmentation des aérosols dans l’atmosphère

Introduction :

Les aérosols sont un ensemble de fines particules provenant de substances chimiques, en suspension dans l’air. Émis par les activités humaines ou naturelles (volcans, incendies) , les aérosols interviennent à l’échelle planétaire sur l’atmosphère ainsi qu’à locale dans les phénomènes de pollution de l’air et d’allergies. 

Grain | Limite planétaire : Appauvrissement de l’ozone stratosphérique

Introduction :

L’ozone stratosphérique désigne la couche de l’atmosphère comprise entre 20 et 50 km d’altitude. En filtrant une grande partie des rayonnements ultraviolets (UV) solaires, principalement les UVC et les UVB, cette couche protège les êtres vivants, une surexposition aux UV pouvant avoir des effets néfastes sur la santé humaine (cataractes, cancers de la peau, affaiblissement du système immunitaire) et sur les végétaux (inhibition de l’activité photosynthétique des plantes). Garantir l’intégrité de la couche d’ozone constitue donc un enjeu majeur, son amincissement excessif, voire sa disparition dans certaines zones, pouvant avoir de lourdes conséquences sur l’homme et sur les écosystèmes

Grain | Limites planétaire : Utilisation mondiale de l’eau

Introduction :

L’eau douce est une ressource naturelle indispensable aux activités humaines. La limite planétaire actuelle d’utilisation de l’eau douce a été fixée à 4 000 km3 / an de consommation d’eau bleue, la limite inférieure d’une plage de 4 000 à 6 000 km3 / an qui est considérée comme une zone dangereuse. Chaque année, environ 3 800 km3 d’eau douce sont consommés par an dans le monde. Cette eau est très inégalement répartie sur la planète. Le volume d’eau douce renouvelable disponible annuellement par habitant va de moins de 100 m3 dans la péninsule arabique à plus de 30 000 m3 en Europe du Nord. Au cours du 20e siècle, les prélèvements d’eau ont augmenté deux fois plus vite que la taille de la population. Cette forte augmentation concerne notamment l’agriculture qui absorbe encore 70 % du volume total (FAO, 2016). Malgré un ralentissement depuis les années 1990, les prélèvements d’eau devraient continuer de croître de 1 % par an d’ici 2050, tirés notamment par l’augmentation des usages industriels et les besoins de refroidissement des centrales électriques (ONU, 2015).

Licence Creative Commons
Ces ressources sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.